LA BURKA, c’est BIEN, mais la JOTA c’est ça.

Un jongleur de mots, Raymond DEVOS, disait dans l’un des ses sketches musicaux: » la bourrée, ou la polka, (le mélange des deux pourrait donner la bourreka), c’est bien, mais la Jota – on prononce Rota -, c’est ça ! »

J’ai pensé à lui cette nuit, car je n’ai pas entendu « le terrible hululement du percepteur au fonds des bois », mais j’ai été réveillé « par le long sanglot des musulmanes ». Comme quoi, il y a des cauchemars pire que d’autres. Hein Sardou ?

Tout le monde s’acharne sur ces pauvres femmes en essayant de soulever la Burka, enfin le problème de la Burka. Je reconnais que compte-tenu du poids de l’engin, c’est plus difficile que de soulever un coin du voile.

Malheureusement,c’est encore une polémique inutile. La Burka est une invention extraordinaire qui n’a que des avantages:

- sous la Burka, vous mettez ce que vous voulez: rien, string, jean. Pas besoin de fringes de luxe, donc grosse économie sur le bugdet du ménage.

- la Burka étant en principe de couleur noire, pas besoin de cure d’amaigrissement dès que les chaleurs (les grandes) arrivent. Pas d’achat de journaux féminins expliquant comment perdre 2,5 kg en 4 semaines. Pas besoin de maquillage ni de crème de protection solaire. Pas de baisse du capital soleil, donc pas de cancer de la peau. Que des économies vous dis-je. Même pour la sécu. C’est pas beau, ça, comme titre d’un prochain JT : la Burka pourrait combler le trou de la sécu ?

- sous la Burka, vous pouvez trouver aussi bien un « thon » qu’une future miss IRAN. Les machos diront que c’est bien là le risque. Je leur rétorque: vous jouez bien au loto ou au millonnaire, non ?

- autre avantage pour les jeunes qui porte la Burka. Derrière le grillage, elles ont l’impression de voir la vie comme si c’était une sorte de jeu vidéo dont elles seraient le personnage central protégé par son armure. Donc, plus besoin de XBOX, PS3, DSLITE ou autres consoles occidentales. Encore des économies.

- D’ailleurs, notre nouvelle vedette politique, Cohn Bendit, ne disait-il pas à l’époque où il était révolutionnaire sous le pseudo de Dany le Rouge (en privé, on l’appelait Rackham): « sous la Burka, la plage, le lichen, les moules….). Dany a toujours été un poète.

- Dans les ménages musulmans comportant une porteuse de Burka le gardien du ménage ne se rase pas et ne va pas chez le coiffeur, on comprend donc pourquoi, avec toutes ces économies accumulées, ils ont les moyens de se payer des kalachnikovs.

 

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?