ON TOUCHE LE FOND AU SOMMET DE COPENHAGUE.

Le sommet historique sur la limitation du réchauffement climatique vient logiquement d’accoucher d’une souris.

Les participants à cette tour de babel on pondu un document plein de bonnes intentions comme souvent à la sortie de ces grandes « rêves-parties » politiques.

A force de paver le monde de « bonnes intentions », ses dirigeants font finir par en faire un endroit aussi chaud que l’enfer.

Faut être aussi naïf qu’un membre d’ONG ou aussi cynique qu’un politique pour croire ou faire semblant de croire qu’on peut harmoniser le comportement de nations qui ont le même objectif de leadership économique mais qui n’en sont pas au même stade de croissance. La Chine et l’Inde continueront naturellement à utiliser les moyens de production polluants actuels pour rattraper et dépasser les Etats-Unis et le Japon qui sont pratiquement arrivés au bout du processus.

La vraie conclusion de cette « université d’hiver » est un constat: « chacun sa merde », comme d’hab.

 


Un commentaire

  1. Les Beatles dit :

    Les limites de nos démocraties: les élus protègent leur strapontin. Le court terme est loi, le bizness lobbyise à fond les gamelles. Seules les monarchies constitutionnelles sont intègres, promptes à couper les têtes des marchands du temple et à dégommer les oppositions intègres jusqu’au jour où elles-mêmes. Mais le pouvoir sur une seule tête est trop injuste. De la démocratie pour le journalier et le bien du peuple, de la dictature pour les choix planétaires.

    « Les hommes courent grand risque de n’avoir jamais à choisir qu’entre le libéralisme modéré par l’injustice et le despotisme tempéré par l’assassinat »

    Georges Arnaud

Répondre

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?