UN ARBRE ENTRE LIBAN ET ISRAEL.

De la nouvelle utilité de l’arbre.

Avant, un arbre produisait plus d’oxygène qu’un écolo de Co2 parlant pour ne rien dire, servait à faire l’ombre au voyageur, aux oiseaux pour nidifier, aux rois pour rendre la justice comme Saint-Louis sous son chêne, aux savants comme Newton qui a découvert la loi de la gravitation sous un pommier, aux corses qui passent leur vie de travail allongés contre le tronc. 

Ses branches basses étaient très utiles pour la pendaison dans les westerns, pour les protestants et les catholiques qui s’entre-pendaient au moyen-âge et pour les adeptes du KKK. Elles auraient pû aider certains salariés d’Orange à se pendre plus esthétiquement si toutefois la direction avait accepté la plantation d’arbres dans les bureaux au lieu des machines à café autour desquelles naissent les rumeurs et débutent les épidémies de pendaisons.

L’enseignement de Brassens devrait être obligatoire dans toutes les écoles, même judaïques ou coraniques. Brassens disait: « auprès de mon arbre, je vivais heureux… ». Maintenant, vous avez intérêt à ne pas rester auprès d’un cèdre ou d’un olivier au moyent- orient si vous ne voulez pas prendre une balle perdue.

Pour le Liban et et Israël, un arbre est un casus belli de plus. Remarquez que quand ils auront arraché tous arbres, les colombes de la paix qui ne pourront plus se poser sur les branches migreront en Iran, au Pakistan, en Afghanistan, en Corée, etc.

C’est pas le boulot qui manque.

 


Répondre

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?