Archive pour septembre, 2010

FUSILLADE DANS PIZZERIA PORT DE BOUC: DEUX MORTS.

Les deux mecs flingués dimanche dans une pizzéria de Port-de-Bouc (département 13) n’avaient pas encore mangé.

L’un avait commandé une pizza « mafia » et l’autre une pizza « camora ».

C’était dimanche, c’était le jour du saigneur…

Comme quoi, même au 21 ème siècle et à côté d’une grande métropole comme Marseille, on meurt encore de faim. 

MICHELE ALLIOT-MARIE FUTURE PREMIER MINISTRE ?

Il se dit dans les milieux bien informés que Sarko aurait déjà choisi Alliot-Marie comme remplaçante de Fillon, car, contrairement aux autres prétendants au strapontin, avec MAM il a l’assurance d’avoIr « zéro tracas, zéro blabla »

SARKO SE FACHE AVEC L’EUROPE A CAUSE DES ROMS.

Entendre parler tous les jours des Roms, ça devient saoulant.

A propos, qu’est-ce que tu bois ? Un rhum-coca ou un rom-shoah ?

GITAN TUE PAR UN GENDARME A DRAGUIGNAN.

Rappel des faits: en 2008, un gendarme flingue un gitan menoté qui s’échappe de la brigade de Draguignan en sautant par la fenêtre.

Le tribunal rendra sa sentence aujoud’hui, mais le proc a déjà requis l’acquittement.

Je ne vais pas m’étendre sur les bizarreries connues de la justice qui fonctionne par rapport à des critères incompréhensibles pour le commun des justiciables potentiels que nous sommes tous.

En revanche, ce qui m’inquiète, c’est la sécurité de mes concitoyens. Le gendarme n’a pas sauté à la suite du gitan pour lui courir après. Pire, sur les sept balles qu’il a tirées, il n’en à mis que trois dans la cible.

Je suggère donc à Boutefeux et à MAM d’inclure dans le cursus des gendarmes une formation au tir rapide en plus de l’apprentissage de l’orthographe et des formules de politesses usuelles.    

 

VISITE DU PAPE EN GRANDE-BRETAGNE.

Lors du voyage papal en anglicanie (les néologismes ne sont pas le pré carré de  Ségolène Royal, même si on parle de  monarchie), la chanteuse Susan Boyle a été invitée à singer (en français, on dit chanter). Là, faut suivre parce que c’est velu, comme disait Esaü, fils d’Abraham et célèbre roi des poilus et des velus.

Benoït le XVI ième du nom est vraiment tiaré, comme mec. La preuve: à la voir, Susan Boyle pourrait être la fille putative du roi des cathos et de la reine Elizabeth II. Le vatican est nul en marketing et en communication.

Tant qu’à choisir une chanteuse à poils comme Susan Boyle, il aurait dû prendre Lady Gaga ou Amy Wine(de messe)House, je sais pubien laquelle. C’eut été le succès assuré pour remplir ses magasins déserts qu’il appelle « églises ».

Signé: le roi des cons. A chacun son ambition, mais je suis sûr d’avoir plus de sujets que la reine d’angleterre ou que n’importe quel autre monarque. 

THYROÏDE, PROSTATE.

En même temps que se déroule à Paris, du 14 au 16, le congrès sur la Thyroïde, à lieu aujourd’hui un congrès sur la prostate.

On savait bien que les toubibs n’allaient à ces congrès que pour glander.

INSTITUTEURS ET CURES PEDOPHILES, CHABROL ET HITCHCOK, DELARUE.

Un instituteur présumé pédophile qui enseignait à l’école primaire de Saint-Pathus, (en Rom ou en manouche, on prononce « Sein-Pas-Touche), Seine-et-Marne, a été arrêté par les flics car ses photos d’ados nus n’avaient pas la qualité de celles  de David Hamilton.

A première vue, on pourrait croire que les instits prennent le relais des curés. Que nenni ! Souvenez-vous qu’au siècle dernier, dans nos campagnes françaises célébrées par le célèbre présentateur TV Jean-Pierre Pernod, les deux personnes les plus importantes du village étaient le curé et l’instit. Phénomène qu’on peut encore observer dans des contrées lointaines comme le Champsaur (Hautes-Alpes). Si je parle des Hautes-Alpes c’est que dans la collection de l’instit, il y avait des photos prises sous la ceinture alpine, dans un camping nudiste des Alpes de Haute-Provence. Ces deux professions ont évidemment  »parties » liées. Ne dit-on pas que l’enseignement est un véritable sacerdoce ou une vocation ?

L’urbanisation galopante a remplacé des chemins de campagne par de la rue et les présentateurs TV se shootent maintenant à la coke au lieu du pernod. Mais les instits et les curés continuent à tripoter les petits enfants. Quand la sève monte, j’ai honte, j’ai honte…comme chantait Raoul de GodeWoerth. La fin du nom, ce n’est pas tout à fait ça, mais je ne me souviens plus car je l’ai à peine connu.  

Pour leur défense, les curés et les instits avancent que jésus, présumé fils de dieu, a dit  » laisser venir à moi les petits enfants ». L’accusation est obligée de leur rappeler qu’ils oublient que dieu, qui est principe  le PDg, a dit à Adam et Eve, selon le livre de la genèse: « croissez et multipliez ». Donc, pour les instits, passe encore car, quand ils sont pédophiles, ils semblent plutôt voile et vapeur. Mais en ce qui concerne les curés, ils prennent ce qu’ils ont sous la main, si j’ose dire: plutôt les petits garçons. Comment espèrent-il respecter les ordres du chef suprême et améliorer le taux de natalité qui permettrait de soulager nos régimes de retraite plutôt que leurs bourses ou leurs burettes en baisant des petits garçons ?

A propos du célèbre  » croissez et multipliez » épargnez-moi la mauvaise vanne sur les curés qui dit que s’ils mettent des robes noires couleur corbeau c’est parce qu’ils auraient compris «  croassez et multipliez ».

Car si Hitchcock entend ça, maintenant que le Fort Chabrol est tombé, il serait capable de revenir pour réaliser  » Les Oiseaux 2″ et en confier la production à Delarue 69 contre quelque grammes de cock.

 

CIRCULAIRE MINISTERE DE L’INTERIEUR CAMPEMENTS ROM.

Une circulaire du dircab de Brice Boutefeux demande clairement aux préfets de démanteler les campements illégaux et particulièrement ceux des Roms. Le dircab qui a ainsi bafoué la loi est toujours en poste.

Gilles Dufeigneux chef de cabinet adjoint de Fillon a été démissionné la semaine dernière car il roulait bourré et s’est fait piquer par les flics.

Comme quoi, il est plus dangereux de picoler du rhum que de virer des roms. Il aurait dû savoir que boire du rhum ou les reconduire, il faut choisir.

La patrie des Droits de l’Homme n’est décidément pas celle des droits des Roms.  

GREVE 23 SEPTEMBRE, CHEMINOTS, REFORME DES RETRAITES.

Là, ça devient indécent.

Une nouvelle grève contre la réforme des retraites est prévue le 23 septembre. OK, pourquoi pas.

Ce qui me gêne c’est que les « cheminots » qui, pourtant, ont eu confirmation que leur régime spécial de priviligiés ne serait pas aboli ont immédiatement décidé de participer au mouvement.

Faut croire que les « cheminots » de la SNCF ont des réflexes de type pavlovien. Dès qu’une grève s’annonce, peu importe le motif, il sautent immédiatement dans le wagon.

Pavlov s’est rendu célèbre en faisant des expériences sur les chiens. Mais, les jours de grève, quand il n’y a plus de trains pour ceux qui vont devoir bosser jusqu’à 62 où 67 ans, les cheminots n’aboient pas quand les cars et les vans passent. Accessoirement, Pavlov ne supportait pas le communisme et ses dommages collatéraux: pensée unique comme dans tous les syndicats type SUD dont le seul crédo est de foutre le bordel dès qu’il y a une ouverture.

Heureusement que l’influence de ces tarés ne durera que « l’espace d’un matin » , comme disait le poète François de Malherbe à propos des roses pas obligatoirement socialistes.

Malheureusement, il y aura d’autres connards pour les remplacer le jour où ils disparaîtront, car c’est ainsi que la france est grande: liberté de faire grève, égalité des grèvistes devant le paiement des jours de grève, fraternité avec les autres grévistes même si on n’est pas concerné.

 

REFORME DES RETRAITES, PENIBILITE.

Tout le monde sait que, quoiqu’il arrive, la réforme des retraites, contrairement à la guerre de Troie, aura bien lieu.

Les syndicalistes et les responsables des différentes catégories socio-professionnelles s’engouffrent donc dans la seule porte laissée ouverte par le gouvernement: la notion de « pénibilité ». Un truc auquel les mineurs qui ont fait 2 mois de grève en 1948 n’auraient jamais pensé alors qu’ils crevaient de la silicose aux environs de la cinquantaine.

Ce sidi, Il est normal qu’au pays de Descartes, les intellos des deux bords applaudissent à la naissance d’un nouveau concept qui permettra aux politiques, syndicalistes, analystes politiques, et présentateurs télé d’avoir du grain à moudre pendant au moins deux semaines.

Cessons de moquer un concept aussi novateur et important que « la pénibilité », car il recouvre une réalité terrible qui touche la quasi-totalité de nos concitoyens. Un concept étant par nature difficile à expliquer et sujet à interprétation, mieux vaut prendre quelques exemples concrets. La « pénibilité », en 2010 c’est ça:

- S’engager dans l’armée pour partir en retraite ou 1/2 retraite plus tôt que le commun des mortels et se faire tuer en Afghanistan par des mines artisanales à l’ére industrielle. Depuis quand les militaires se font-il tuer à la guerre ? 

- Le coût de la crème solaire qui grève sérieusement le budget des agriculteurs céréaliers qui bossent dehors 7 jours/7 et 365 jours par an et qui sont plus exposés au cancer de la peau qu’un mineur de fond chilien. Je dis chilien parce qu’en france, y’a plus de mineurs sauf s’ils ont des rapports sexuels tarifés avec des footballeurs. Chez les cultos,seuls sont priviligiés ceux qui font de l’élevage car il peuvent fabriquer de la crème avec leur lait.

- Les footballeurs qui sont obligés de payer pour baiser, alors que les champions du monde 1998 stockaient les groupies avant de prendre une option sur l’une ou l’autre. « Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? » comme le chante Ribery. Ah bon, c’est pas lui qui chante ça ?

- Les controleurs aériens qui font régulièrement grève à cause de la pénibilité de leur situation. Vous rendez-vous compte que quand on ne bosse que 100 jours par an, ce doit être particulièrement pénible de se demander ce qu’on va bien pouvoir faire pendant les 265 jours qui restent ? Je ne vous parle pas, en plus, du casse-tête lors des années bissextiles.

- Les médecins spécialisés du domaine hospitalier qui se plaignent à juste titre de bosser comme des malades. Imaginez un peu qu’ils font presqu’autant d’heures qu’un généraliste qui pratique en libéral.

- Les psychiatres hospitaliers qui sont obligés d’écouter les conneries débitées par leurs patients tout en sachant qu’il ne pourront rien résoudre. C’est fou, non ?

- Les enseignants qui ne sont plus respectés parce que les parents élèvent mal leurs mômes. Faut croire que les enseignants n’ont pas de progéniture. Pourtant, je suis fils d’enseignants et je peux vous dire que les profs en ont bavé avec moi ainsi qu’avec quelques autres élèves et ce n’était pas en 2010.

- Les flics qui se font tirer dessus. Depuis l’avènement de Sarko, ils ont cru que la règle du jeu « aux gendarmes et aux voleurs » avait changé et qu’ils étaient maintenant les seuls autorisés à flinguer. Pénible retour à la réalité. Il ont oublié que les incorruptibles et la bande d’Al Capone se mitraillaient à tout va et que la guerre des polices sévissait déjà sous la royauté: les mousquetaires du Roi croisait le fer avec les gardes du Cardinal. On en faisait pas tout un plateau télé.

- Les nanas de la poste derrière leur guichet qui sont sans arrêt interrompues par les  »usagés du sévice public » pendant qu’elles parlent de leurs souvenirs de vacances, de leur accouchement, de secret story ou de l’île de la tentation.

- les putes qui depuis la fermeture des maisons closes sont obligées d’arpenter le trottoir, et qui sont au chômage technique les jours de manifs car les trottoirs sont occupés par les manifestants. On leur ôte carrément le pain de fesse de la bouche.

- Les matons qui ont l’habitude de bosser avec des malfrats et qui sont de plus en plus souvent obligés de gérer l’incarcération d’hommes politiques ou de capitaines d’industrie comme Loïc Le Floch Prigent sans formation préalable. Y’a de quoi demander à un collègue qu’il te pende dans une celulle.

- Les chauffeurs de la SNCF qui passent leur temps à surveiller ce putain de système automatique qui conduit leur TGV. L’informatique, Monsieur, c’est pas fiable. Il y avait moins de stress à l’époque de « la bête humaine », quand on pelletait le charbon et qu’on prenait des escarbilles plein les yeux.

J’en passe et des meilleures, car l’exception française va encore une fois prévaloir.

Non seulement la trentaine de régimes spéciaux ne sera pas concernée par la réforme (Armée, Police, EDF, SNCF, RATP, etc.), mais les professions qui pourront démontrer la pénibilté de leur conditions de travail auront droit à des aménagements.

Réjouissez-vous bonnes gens, UBU n’est pas prêt de mourir. Va falloir lui payer une retraite jusqu’à la fin des temps.

Pourtant, la vérité tient en quelques mots: la « pénibilité », c’est tout simplement d’être obligé de bosser.

  

 

123

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?