Archive pour 15 décembre, 2010

WIKILEAKS, L’ARCHETYPE DU NON-EVENEMENT.

Un gus nommé Julien Assange, patron du site Wikileaks a récupéré un paquet d’infos de valeurs inégales sur la diplomatie internationale, les banques, etc.

Beaucoup de gens crient au charron, prétextant que les infos en question ont été volées et peuvent servir aux terroristes. Qui nous dit que les infos balancées régulièrement aux journaux français (Canard Enchaîné, Le Monde, etc.) par tel conseiller ou sous-secrétaire d’état n’ont pas été piratées dans l’ordi de leur boss ou en lisant leur courrier (certains ministres ne savent pas plus utiliser un ordi que parler anglais) ? Ce ne serait pas du vol ?

Sur le devant de la scène, on trouve des oies blanchies sous le harnais comme MAM qui joue la vièrge (rôle de composition) effarouchée. Nouveau job oblige.

Wikileaks nous apprend quoi ? Que les diplomates traitent les chefs d’états ou de gouvernements de nom d’oiseaux. Que Sarko est susceptible et autoritaire, que Berlusconi est un queutard. On a pas besoin de wikileaks pour critiquer et se foutre de la gueule (brocarder si on est poli) des pantins qui nous gouvernent.

Wikileaks donnerait du grain à moudre aux terroristes ? Mais Wikileaks n’existait pas lors des attentants du 11/09/2001 contre les Twin Towers, ni des attentats de Madrid en 2004 et de Londres en 2005.

Wikileaks a « révélé » l’existence du centre de télécommunications international de Lanion-Perros. Benjamin Bayard à confirmé dans son interview du 10 décembre à C’à dire que des centaines de milliers d’opérateurs téléphoniques dans le monde connaissent l’existence et le fonctionnement de ce noeud stratégique de communications. Les terroristes et les autres n’ont qu’à se baisser pour ramasser les infos qui traînent partout.

Venons-en au fond, comme disent les enrobés de la « justice ».

Que l’accès à l’info ou à la culture soit contrôlé dans les pays totalitaires, c’est dans la logique de leur système.

Par contre, en démocratie, je ne vois pas ce qui peux motiver le fait qu’une élite arrogante s’arroge le droit de détenir seule des infos aussi stratégiques que « Sarko était d’accord avec la guerre en Irak ». D’ailleurs, un homme politique qui n’a pas une gueule de Janus n’a aucune chance de réussir.

Démocratie vient du grec dêmos et veut dire « peuple souverain », terme qu’on retrouve dans « la Marseillaise », la chansonnette qu’Anelka a toujours refusé de pousser.

Daladier a interdit les journaux communistes, Hitler a ordonné l’autodafé de tous les bouquins qui auraient pu donner matière à refléxion au peuple allemand et l’Afghanistan interdit l’école aux filles pour éviter qu’elles deviennent moins con que les talibans.

Et maintenant, on laisse les sites de cul sur le net et on censure les sites qui relatent ce qui se dit dans le secret des « chiottes diplomatiques ». Quand on est poli, on dit « cabinets diplomatiques ». Mais, quelque soit le terme employé, on s’aperçoit que ça pue.

Le paradoxe, c’est que ceux qui ne veulent pas que certaines infos tombe entre les mains d’un public certainement trop con pour comprendre ne se gênent pas pour pomper tout ce qu’ils peuvent comme renseignements: multiplication des caméras de surveillance, des écoutes téléphoniques illégales, des fichiers, de l’utilisation frauduleuses des « fadettes ».

La réalité, c’est que la diplomatie n’aime pas qu’on regarde sous ses jupes contrairement à la Fanette de Brel.

Diplomatie ne rime ni avec avec poésie, ni avec démocratie.  

MARINE LE PEN, NOTRE NOUVELLE JEANNE D’ARC.

Nos journaleux ont besoin d’une polémique par semaine pour leur pitoyable pitance.

La dernière en date concerne Marine Le Pen qui compare les prières de rue des musulmans à l’occupation de la france.

Elle n’a pas complètement tort. Moi-même, j’ai dû faire quelques détours lorsque j’étais à Marseille, certaines ruelles du côté de la Porte d’Aix étant occupées par des croyants du croissant.

D’autre autre côté, il m’est arrivé un jour de ne pas pouvoir traverser la place Saint-Pierre à Rome. Elle était occupée par des croyants de la croix qui écoutaient une sorte de muezzin en blanc perché sur un balcon.

Plus récemment, j’ai dû suivre, en roulant au pas pendant un bon kilomètre, une cohorte de cathos qui occupaient une départementale publique allant du centre du bled au cimetière.

Pour éviter que cette nouvelle guerre de religion embryonnaire se développe, je propose une solution simple et oecuménique.

Les musulmans prient dans la rue car ils n’ont pas de lieux de culte.

Ils y a plein d’églises vides car il y a de moins en moins de cathos qui pratiquent.

Que l’église catholique et romaine revende une partie de son patrimoine immobilier au grand rabbin de france. Al Quaida financera la transformation des clochers en minarets et les suisses seront chocolat.

   

 

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?