FREDERIC MITTERRAND, LOUIS-FERDINAND CELINE, klarsfeld.

Encore une polémique entre intellos à la con.

Il existe un truc dont tout le monde se fout et qui s’appelle  » le recueil des célébrations nationales ». C’est un machin où on inscrit tous les ans les noms de mecs à la fois célèbres et morts.

Cette année, Louis-Ferdinand Céline devait faire partie de la liste des nominés. Un avocaillon à roulettes, bagayant et fils à papa, klarsfeld arno (profession: copain de Sarko), s’y est opposé sous prétexte que Céline était, selon lui, antisémite et que la république ne devait pas l’honorer. Quelle république, monsieur Arno, celle qui a accepté en 1968 la classification de l’homosexualité par l’OMS en tant que maladie mentale et ce jusqu’en 1982 ?

Le ministre de la cul-ture, Frédéric Mitterrand,fils à papa aussi, qui n’a probablement rien à branler sauf quand il va en vacances en Thaïlande, à décidé d’obéir ( entre un mec qui roule en patins et un mec qui roule des patins, on ne peut que s’entendre) et de rayer de la liste l’auteur ( traduit dans toutes les langues et même en hébreu) de « Voyage au bout de la nuit », « Mort à crédit », « D’un château l’autre », etc. Pourquoi le punissez-vous, monsieur Mitterand ? Parce qu’il a utilisé sa plume pour écrire magistralement au lieu de se la mettre dans le cul ?

Céline ne va pas se retourner dans la tombe qu’il occupe depuis 50 ans pour si peu, même si arno et frédéric crachent dessus. Et Vian, passe-moi l’éponge dit Frédéric à Arno, que j’efface Céline du tableau d’honneur. En fait,le problème n’est pas là, car, de son vivant, Céline aurait méprisé une telle petitesse et refusé d’être l’un des récipiendaires de ces médailles en chocolat distribuées par des adeptes de la mastubation intellectuelle.

Qu’un minus habens (en Sarko-vaticano-nuevo) comme klarsfeld profite du nom de son grand homme de père, Serge Klarsfeld, est inadmissible mais logique. Sans cela, il n’existerait pas.

Mais qu’un ministre ne comprenne pas qu’il faille faire la part des choses entre la qualité d’écriture d’un Céline et ses opinions qui ont fluctuées comme celle de Mitterrand père ou de tout autre être humain normalement constitué me sidère.

Le jour où la gauche sera au pouvoir, on interdira la lecture de Paul Morand,de Robert Brasillach ou de Michel de Saint-Pierre sous prétexte qu’ils sont considérés par certains comme fascistes ?  

La culture, ça ne se décrète pas, ça ne s’impose pas, ça n’a pas de critères et ça ne peut pas être labellisé par les « bien-pensants » du moment. La culture, c’est la résultante personnelle du tri que nous faisons dans les infos que nous recevons par la lecture, les voyages, les rencontres, l’écoute des autres et les discussions même avec des gens aussi bornés que klarsfeld. C’est aussi l’art de savoir planter les choux.

Si un ministre s’arroge le droit de décider quels auteurs sont respectables et quels auteurs doivent être montrés du doigt comme les juifs étaient signalés par une étoile jaune, on revient à la censure et à l’ostracisme. Monsieur le ministre, allez-vous bientôt faire le tri entre les auteurs gays et les auteurs hétéros ?

Si un ministre ne se rend pas compte que des conneries pareilles ne peuvent que renforcer les conflits culturels et religieux, c’est qu’il n’est pas à sa place. Il devrait faire comme Ben Ali, critiqué pour avoir muselé la liberté d’expression: prendre l’avion et se barrer en Arabie Saoudite. Il pourra s’y promener dans la rue la main dans la main avec Ben Ali (qui à ses yeux n’est pas un tyran), sans que cela choque qui que ce soit.

Ô République, que de crimes on commet en ton nom. 

Selon le dernier sondage TNS-SOFRES/IPSOS/CSA/BVA  la liberté d’expression en france est en re-cul de 69% depuis le 23 juin 2009. (ne cherchez pas, c’est la date de la nomination de Frédéric Mitterrand en tant que ministre). Même la pipe de Jacques Tati a été censurée sans que le frédo lève le petit doigt…

Et pourtant, avec sa langue de bois, une pipe en bois, ça aurait dû l’intéresser.

  

 


5 commentaires

  1. Jberk dit :

    Pas d’accord du tout avec votre ananlyse, même si elle mérite d’être lue !
    Allez voir celle ci si vous avez le temps, je serai curieux de lire vos réactions !
    http://encoreunefois.net/2011/01/26/celine-voyage-au-bout-du-diktat-bien-pensant/

  2. Bonjour, j’ai lu le papier en question. Il est fort bien écrit. Visiblement, son auteur ne connaît pas que les écrivains, mais aussi leurs actes: ceux qui on pu être découverts par des historiens ou simplements connus par des gens qui aiment bien aller au fond des choses. Je suis persuadé qu’il sait que Laval portait une cravate blanche et qu’à l’époque de Louis XIV (Prénom Louis-Dieudonné !!!, ce qui expliquerait que le pseudo-comique français se prenne pour une lumière)les nobles pissaient derrière les tentures de la galerie des glaces par flemme d’aller dans les jardins. Je connais un prof de français qui ne sais pas le nom de l’auteur de « Contrepoint », un prof de musique de 6 ème qui a choisi Trénet, pédophile notoire, pour intier les mômes de 10 ans à la chanson « poétique ». (a-t’il eu raison ?)
    Pour faire bref, je suis tout à fait d’accord sur le fond avec l’auteur de ce papier: incurie de l’éducation nationale, moralisation de la littérature voulue par les politiques, Céline grand écivain, mais ignoble salopard…selon certains critères, etc…
    A part le ton, je ne vois pas de différence d’avis avec lui. Vous me dites n’être pas d’accord avec mon analyse. Pas de problème, je suis prêt en en débattre avec vous, mais hors blog. Non que je me dérobe, mais pour la raison suivante: si vous regardez d’autres posts, vous constaterez que je traite tous les sujets, même dramatiques, avec dérision et cynisme. Je tiens à garder cette unité satirico-humoristique.

  3. aurélien dit :

    Bonjour, je ne suis pas d’accord avec votre analyse qui suggère en notamment de devoir reconnaître Céline uniquement comme un écrivain illustre, certes son oeuvre « Voyage au bout de la nuit » est intéressante mais ne négligeons pas qu’il a aussi été un antisémite délirant et c’est en raison de cela que Mr. Mitterand a décider de ne pas inclure l’oeuvre dans le recueil des célébrations nationale.
    Je tiens à dire que cette décision n’a pas été facile a prendre pour M. Mitterand mais que au nom des valeurs de la république un tel antisémite ne pouvait être cité. De plus je trouve indécent d’insulter de la sorte M. Mitterand et M. Sarkozy.

  4. Bonjour,
    Merci de vous être exprimé, mais je voudrais livrer quelques points de réflexion:
    1)Nous sommes en République, Frédéric Mitterrand (ça s’écrit avec 2 « R ». Vous devriez le savoir car vous semblez le connaître puisque vous affirmez que sa décision a été difficile à prendre)est un ministre de la République et le recueil des célébrations nationales est une invention républicaine. Il ne vous aura pas échappé qu’il existe, depuis 1905, une loi qui, même si elle est bafouée par de nombreux ministres, a prononcé la séparation de l’église et de l’état. Donc, on ne doit pas prendre en compte le fait qu’un écrivain soit antisémite, anti-catho, anti-protestant, anti-musulman, etc. quand on prend une décision officielle au nom de la République. Les convictions religieuses d’un écrivain, d’un boucher ou d’un boulanger ne doivent pas entrer en ligne de compte.C’est pour moi de la simple logique.
    2) Sur un plan « moral », il ne m’est possible de respecter l’auteur (qui pour moi n’est pas un écrivain) de « La Mauvaise Vie ». Un livre dans lequel il relate ses expériences de tourisme sexuel. Que quelqu’un soit gay ou bi ne me dérange en aucune manière mais aller au bout du monde pour mater ou tripoter des petits garçons, je trouve ça un peu glauque.

  5. luc nemeth dit :

    Bonjour. C’est avec stupéfaction que je tombe sur cet article -dont soit dit en passant je me demande s’il n’aura pas confondu l’avocat en rollers avec son père :
    1) Personne à ma connaissance n’a demandé que soit interdite la… lecture de Céline, qui aux dernières nouvelles n’avait pas trop à se plaindre du côté éditorial ! Ce qui à juste titre a posé problème était l’hommage -et quoi encore ?- qu’un ministre, à qui le résultat des présidentielles 2007 est de toute évidence monté à la tête, prétendait ici rendre à un individu abject. Encore heureux, qu’il ait été obligé de remballer sa sale camelote. Seule est discutable la méthode utilisée par le gros-égoïste Serge Klarsfeld, qui au lieu de poser le problème sous cet angle (.ou sous un angle approchant) a préféré opposer, au fait du prince : son propre caprice. Quitte, en toute stupidité et en toute irresponsabilité, à conforter dans leurs haines les antisémites, sur le thème du pouvoir-dont-disposent-les-juifs etc.
    2) Chacun à droit à ses différences d’appréciation mais elles ne donnent pas droit à travestir la réalité au point d’écrire, à propos d’un personnage, que Céline était, « selon lui » (sic !), antisémite.
    3) si la République a cessé de considérer l’homosexualité comme une maladie mentale en 1982 on voit mal qui viendrait s’en plaindre mais on ose espérer que JAMAIS, l’antisémitisme ne cessera d’être considéré comme une infamie. Il y a par ailleurs quelque abus à brandir ici la thématique de la discrimination pour poser Céline en… victime, ben voyons.

Répondre

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?