CASSE-TOI PAUV’PROF.

Il était une fois un prof de français qui défilait dans une manif en portant une pancarte « casse-toi pauvre con ».

Jusque là, tout est normal. Un prof qui fait grève et qui manifeste, c’est notre pain quasi quotidien.

La nouveauté, c’est que le mec était prof de français au lycée du Caire et que la manif concernait Moubarak.

Le sang de l’éducation nationale n’a fait qu’un tour. Le mec qui ne voulait pas pas se casser d’Egypte a été rapatrié d’office. Ensuite, l’éducation nationale, l’a cassé en lui enlevant ses galons d’enseignant jusqu’à la retraite, mais « sans le sanctionner » précise le ministère.

Si vous pensez que ceci à un rapport avec la disparition progressive de la liberté d’expression en france et même pour les français vivant à l’étranger, vous vous gourez complètement.

La réalité est beaucoup plus prosaïque que ça.

En fait, le prof a été puni pour deux raisons:

- plagiat à la PPDA (jurisprudence récente): l’expression qu’il a utilisée est la propriété, déposée au patrimoine de la culture française par un dénommé Nicolas Sarkozy.

- s’être autorisé sans l’accord de sa hiérarchie à donner une leçon de français au président de la république en écrivant « Casse-toi pauvre con » au lieu de « Casse-toi pauv’con ».

Tant qu’à le suspendre de ses fonctions, pourquoi pas à un croc de boucher ?

 

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?