SARKO ET HOLLANDE AU COUDE A COUDE DANS LA BANALITE.

Depuis quelques années, les politiques rivalisent de poncifs au moment de la présentation des voeux aux français.

Cette année, Sarko a mis le chômage au centre de ses préoccupations 2012. Depuis quatre ans Sarko en parle et depuis quatre ans, le chômage augmente inéluctablement. Pourtant, cette fois, je le crois sincère: il fera tout pour garder son job en avril-mai 2012.

Hollande n’est pas mal non plus dans la platitude.: « l’année 2012 sera l’année du changement ». Il a raison. Dès demain, nous seront le 2 janvier, ce qui nous changera considérablement du premier janvier.

Ce qui nous changerait vraiment, ce serait que les politiques arrêtent de sortir des banalités chaque fois qu’ils l’ouvrent et qu’ils mettent en place un nouveau système de gouvernance. Un exemple parmi d’autres:

- A la tête de l’état, un trio de pros élus au suffrage universel direct pour l’économie, les affaires étrangères, et l’intérieur. (les énarques seraient exclus de la compétition).

Quand je dis  »pros », je pense à des gens qui savent de quoi ils parlent et pas de mecs qui sont nommés parce qu’ils appartiennent à un parti ou un lobby quelconque. Pour être plus précis: à l’économie, on a bien trouvé une Christine Lagarde. On devrait pouvoir faire de même pour les deux autres. Le ministres des affaires étrangères serait le « primus inter pares » et devrait avoir une carrure internationale car il représenterait également la France à l’étranger.

- Chaque membre du triumvirat serait assisté de commissions bipartites spécialisées dans les domaines importants de son ressort, en nombre limité au strict minimum. (pas besoin de machin pour les français de l’étranger, par exemple). Bipartites, c’est-à-dire composées de membres de la société civile ayant une connaissance du domaine d’action de leur commission et d’élus. Pour les élus ignares, Pôle-Emploi se rendrait utile, pour une fois, en leur concoctant des stages de formation ad hoc. Le rôle des élus serait uniquement de contrôler la compatibilité des propositions des experts de la commission avec la politique en vigueur.

- Plus besoin de Parlement. Les députés pourraient revendre leurs godillots.

- Au niveau régional, on supprimerait les communes, l’inter-communalité, les conseils généraux et les régions actuelles (fin du mille-feuilles).Ex: tout le monde sait qu’en PACA, un Niçois, un Arlésien et un Gapançais n’ont rien en commun. Et c’est partout ailleurs. Donc, quelle utilité ?

On créerait de véritables régions (nombre à définir) économiques et pas historiques tricéphales: un responsable pour l’économie, un pour la vie intérieure de la région et un pour la vie extérieure (accords régionaux intra-européens, immigration…). Les commissions régionales seraient calquées sur les commissions nationales et remonteraient le résultat de leurs travaux à ces dernières qui les compileraient pour présenter des propositions cohérentes.

Les députés seraient élus au suffrage direct à un tour avec un plancher de 10% des suffrages (plus de magouilles politiciennes entre les deux tours et représentation populaire plus juste). Certains bosseraient dans les commissions nationales et d’autres dans les commissions régionales. Mode de répartition à définir mais, dans tous les cas, ça leur éviterait la fatigue des déplacements incessants entre Paris et leur circonscription et vice-versa. 

Au niveau national, les décisions seraient prises par le triumvirat. En cas de désaccord flagrant, recours au référendum.

Bien sûr, il y a en paquet de trucs à affiner, mais ce serait un système nouveau, car…démocratique.

 

 

 

 

 

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?