SEAFRANCE, AVENIR SOMBRE.

Pour sauver la compagnie de ferries Seafrance, Sarko, dans sa munificence pré-électorale, à proposé sa reprise par une SCOP principalement alimentée par les indemnités de licenciement des ex-employés de Seafrance.

Dans ces conditions, ce n’est pas un scoop d’annoncer que la SCOP va mergiturer avant sa mise à l’eau.

Parenthèse: seul un capitaine de pédalo pouvait se mettre dans une telle galère car il devra souquer ferme pour justifier l’echec de sa proposition.  

Aujourd’hui, la SNCF, dont Seafrance est une filiale, vient de se souvenir qu’elle avait l’obligation légale de proposer aux marins de sa filiale un reclassement quelque part en France dans n’importe quel métier (plongeur de restau dans l’Orient-Express, rameur dans le RER,etc.), ce qui laisse sous-entendre que Seafrance est déjà considérée comme une épave qui ne sera pas renflouée.

Pour parodier Sardou:

« Ne m’appelez plus jamais Seafrance, la France elle m’a laissé tombé »…

 

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?